Les oiseaux s’apprennent la gastronomie

Comme vous le savez, les animaux pendant la chasse et la recherche de nourriture essaient d’éviter les trophées aux couleurs vives.

Mais comment nos petits frères comprennent-ils qu’il vaut mieux ne pas toucher à une telle nourriture ou proie s’ils la rencontrent pour la première fois ? Il existe des versions assez bien fondées de la mémoire génétique, mais il est récemment devenu évident qu’une communication spéciale établie entre certaines espèces joue également un rôle important dans ce mécanisme.

Par exemple, une expérience a été menée dans les universités de Cambridge et d’Helsinki

Les scientifiques ont construit une paire de mangeoires pour la mésange charbonnière et la mésange bleue. Pendant huit jours, les oiseaux, observant notamment le comportement de leurs congénères en vol, se sont rendu compte. Il vaut mieux ne pas toucher au plat amer.

De plus, ils ont clairement lié le goût désagréable à la couleur particulière des flocons

Les individus matures ont vu la lumière plus tôt que les jeunes, mais l’observation des congénères a joué un rôle important pour les deux catégories d’âge. Les résultats de l’expérience ont également confirmé le modèle évolutif théorique, selon lequel, grâce aux liens sociaux et à l’échange d’expériences entre prédateurs, c’est un euphémisme, les proies pas très savoureuses acquièrent une couleur vive.

C’est intéressant

Et pour que la population d’oiseaux se souvienne qu’il vaut mieux ne pas manger un tel plat, il n’est pas du tout nécessaire de le goûter pour chaque individu. Dans cette optique, les couleurs vives sont vraiment bénéfiques pour le butin.

Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis:
Ta Petite Pause