Le cerveau des chats a rétréci après leur domestication: étude surprise de scientifiques

Les chats domestiques ont un cerveau beaucoup plus petit que leurs parents sauvages. Selon les scientifiques, c’est la proximité de l’homme qui est en cause.

Des scientifiques ont comparé les cerveaux de chats domestiques et de leurs ancêtres sauvages, les chats sauvages d’Afrique du Nord. Le cerveau des chats domestiqués s’est avéré être de taille plus modeste.

Comment l’étude a été réalisée

Les scientifiques ont prélevé 103 crânes de félins au National Museum of Scotland. Ils ont mesuré la taille du crâne et ont également rempli le crâne de billes de verre – c’est ainsi qu’ils ont découvert le volume du cerveau des animaux. Ils ont également mesuré le volume du cerveau des chats domestiques.

Il s’est avéré que les chats domestiqués avaient perdu une quantité importante de volume cérébral – la vie avec les humains les avait conduits à cela. Les chats domestiques ont un cerveau plus petit que celui des chats sauvages.

Les animaux sauvages domestiqués n’ont pas à se soucier de leur propre survie: trouver de la nourriture, éviter les ennemis. C’est pourquoi ils n’ont pas besoin d’un gros cerveau. Des études similaires ont été menées auparavant.

Mais les cerveaux des animaux domestiques ont ensuite été comparés à ceux d’espèces sauvages qui ne sont pas considérées comme les ancêtres des chats. Dans la nouvelle étude, les scientifiques ont corrigé une inexactitude.

Des scientifiques britanniques ont déclaré que si les chats étaient des personnes, ils auraient des traits psychopathiques. Les scientifiques ont interrogé les propriétaires pour connaître le niveau de problèmes psychologiques de leur animal.

Les gens ont raconté de nombreux faits intéressants, notamment le fait que les chats torturent leurs victimes avant de les tuer et qu’ils n’ont pas peur de la punition.

Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis:
Ta Petite Pause
error: Le texte est protégé !!