En raison de la déforestation extensive en Amazonie l’année dernière, une poussée de paludisme